La Bourse de Paris dans le vert à l'instar de Wall Street

La Bourse de Paris a terminé en nette baisse mardi de -1,03% à 4.305,31 points, après deux séances de timide rebond.

Le CAC se replie à nouveau après deux petites séances de rebond

L’indice parisien n’a pas trouvé d’éléments moteur au cours d'une séance animée par de nouvelles publications d'entreprises aux Etats-Unis et des indicateurs mitigés des deux côtés de l'Atlantique.

Le CAC 40 a perdu 44,73 points, dans un volume d'échanges faible de 2,8 milliards d'euros. La veille, il avait progressé de 0,78%.

Ailleurs en Europe, le PSI 20 lisboète perd 1,13%, le Footsie de la Bourse de Londres glisse de 0,38% et, à Francfort, le Dax 30 vacille de 0,43%.

Après une ouverture proche de l'équilibre, la cote parisienne s'est enfoncée dans le rouge, plombée par l’indicateur allemand Zew, plus décevant que prévu. Elle a ensuite légèrement réduit ses pertes dans l'après-midi, soutenue par une ouverture dans le vert à la Bourse de New York mais a vite reperdu le terrain gagné, suite à l'intervention de la présidente de la banque centrale américaine (Fed) Janet Yellen devant le Congrès.

Elle a notamment déclaré que la Fed pourrait relever son taux directeur « plus tôt » que prévu, si l'amélioration du marché du travail aux Etats-Unis continue à dépasser les attentes.

Les indicateurs ont également été mitigés aux Etats-Unis. L'activité manufacturière de la région de New York a bondi en juillet, 25,6 points, son meilleur niveau depuis avril 2010, dépassant largement les attentes mais les ventes de détail n’ont quant à elles progressé que de 0,2% en juin.

La séance de mercredi sera marquée par une nouvelle intervention de Janet Yellen, mais cette fois-ci, devant la commission des services financiers de la Chambre des représentants, à majorité républicaine.

Le Nasdaq a terminé en repli de 0,54% à 4 416.39 points et le S&P 500 Index de 0,19% à 1 973.28 points.

Du côté des valeurs bancaires, Banco Espirito Santo a poursuivi sa dégringolade à la Bourse de Lisbonne, jusqu’à sombrer à un nouveau plus bas historique, sous 40 centimes (-14,61% à 38 centimes à la clôture).

Outre-Atlantique, Goldman Sachs, la banque d’affaires de Wall Street, a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Son bénéfice a progressé de 5% sur le deuxième trimestre, passant de 1,95 milliard de dollars, soit 4,10 dollars par action, contre 1,86 milliard de dollars, ou 3,70 dollars par action, un an plus tôt. Les revenus ont également progressé plus que prévu, à 9,1 milliards de dollars (+5,8%), tiré par les performances de sa banque d’investissement et notamment par son dynamisme dans les opérations des fusions-acquisitions. L’action Goldman Sachs progresse de près de 1% à New York, tandis que JP Morgan, autre composante bancaire du Dow Jones, gagne près de 4% après avoir également fait état de résultats trimestriels supérieurs aux anticipations.

En France, BNP Paribas cède 1,13% à 48,225 euros et Société Générale 1,02% à 36,925, tandis que Crédit Agricole, qui détient 15% de BES, flanche de 1,05% à 9,915 euros.

C’est Capgemini (-3,19% à 50,75 euros), le groupe de services informatique, qui signe la plus forte baisse du Cac 40, alors que l’éditeur de logiciels allemand Software AG (-19% environ à Francfort) a lancé un profit warning.

Les valeurs cycliques ont également pesé sur la cote à l'image de Lafarge (-1,44% à 62,76 euros) et Schneider Electric (-1,46% à 65,98 euros).

Airbus a terminé en baisse (-1,34% à 46,50 euros) malgré l'annonce d'une série de commandes au deuxième jour du salon aéronautique de Farnborough, en particulier pour son long-courrier A330 remotorisé.

Enfin, l’euro a terminé en baisse de 0,37% à 1.3569 dollar, l’or a poursuivi sa chute avec une baisse de 0,79% à 1 298.10 dollars l’once et le Brent a également clôturé en repli de 0,82% à 105.87 dollars.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.