Bilan du mois de juin 2014

Du côté des indices boursiers internationaux

Bilan du mois de juillet 2014

Après un premier semestre particulièrement profitable pour les marchés actions, les investisseurs ont opté pour la prudence en juillet, diminuant leur exposition alors que la Réserve Fédérale entend bien poursuivre la réduction de son programme de soutien monétaire. La correction a été particulièrement marquée en Europe, en raison d'inquiétudes concernant la banque portugaise Banco Espirito Santo, ce qui explique la chute brutale de -12,1% du PSI 20.

A Paris, le CAC 40 s'est quant à lui déprécié de -4%, soit quasiment le même score que son homologue allemand qui a cédé -4,3%. A Wall Street, les indices américains ont tout juste subi des prises de bénéfices pour leur part, comme en attestent les performances du Nasdaq Composite (-0,9%) et du S&P 500 (-1,5%). La tendance était en revanche haussière en Asie, puisque le Nikkei 225 japonais a progressé de +2,4% et le Hang Seng  (Hong Kong) de +6,7%.

Bilan du mois de juillet 2014

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Ces dernières semaines, les investisseurs sont revenus sur le secteur des ressources de bases (+7,3%), et notamment sur Eramet (+7,8%), GDS Rusal (+7,3%) et ArcelorMittal (+5%). Le secteur de la technologie (+2%) était lui aussi bien orienté, avec Ingenico (+19,2%), Dassault Systèmes (+6,7%), Cap Gemini (+4,1%) et Alcatel-Lucent (+1,4%).

A l'opposé, l'automobile a fait l'objet de dégagements marqués, à l'instar de Valeo (-8,5%), Michelin (-6%) et Renault (-5,5%). Même constat s'agissant de la construction (-5,8%) avec Saint Gobain (-11,6%), Lafarge (-8,4%), Vinci (-5,5%) et Bouygues (-2,9%) ou encore de l'énergie (-5,5%) avec CGG (-25,2%), Technip (-13,7%) et Total (-8,9%).

0714secteurs

Du côté des statistiques macroéconomiques

Comme les économistes l'anticipaient, le produit intérieur brut des Etats-Unis a renoué avec la croissance au second trimestre.

Le Département du Commerce a en effet annoncé une progression de 4% en rythme annualisé, relativisant ainsi la mauvaise performance du premier trimestre (-2,1%) durant lequel les conditions météorologiques avaient été particulièrement rudes. L'amélioration continue des indices ISM depuis le début de l'année confirme que le contexte devrait rester favorable au niveau de l'activité économique.

0714ISM

Ce 1er août, le Département du Travail a en outre publié ses chiffres relatifs au mois de juillet, qui montrent la création de 209 000 emplois, après 298 000 en juin.

Un chiffre globalement en ligne avec la tendance constatée ces derniers mois, mais néanmoins inférieur au consensus, qui tablait sur 231 000. Le taux de chômage a quant à lui légèrement progressé, passant de 6,1% à 6,2%.

0714emploi

Sur le Vieux Continent, l'activité manufacturière a tendance à stagner, comme le montre le ralentissement de l'indicateur PMI manufacturier au sein de la zone euro.

En revanche, le secteur des services a connu son meilleur niveau depuis le printemps de 2011, ce qui a contribué au rebond de l'indice composite à 54 points, son plus haut annuel.

0714PMI

S'agissant de la confiance du consommateur, celle-ci reste globalement stable à -8,4 points, en dépit d'un taux de chômage toujours élevé (12,5%) au sein de la zone euro. Le climat des affaires semble quant à lui avoir été davantage affecté par le contexte géopolitique incertain, le crash du vol MH17 en Ukraine et l'accentuation du conflit israélo-palestinien perturbant la visibilité et les perspectives des entrepreneurs.

L'indice de sentiment économique de la Commission européenne ne traduit toutefois pas de retournement conjoncturel, la récente phase de consolidation intervenant après une amélioration continue de près d'un an.

0714sentiment

Du côté des devises et des matières premières

La résurgence de craintes en Europe, notamment sur le secteur bancaire, mais également en raison de la faiblesse de l'activité économique et d'un rythme d'inflation ne cessant de diminuer, a incité les cambistes à se désengager de la monnaie unique européenne, qui s'est déprécié de -2,2% à 1,339$. Le dollar américain, profitant de la confiance des opérateurs, de son économie robuste et de nouveaux plus hauts historiques sur le Dow Jones 30 et le S&P 500, s'appréciait également face à la livre sterling (+1,3% à 1,689$), au franc suisse (+2,5%) et au yen (+1,4%).

Cette vigueur du billet vert a mécaniquement impacté les matières premières, les céréales continuant de faire l'objet d'une pression vendeuse marquée, que ce soit sur le maïs (-13,7%), le blé (-8,2%) ou le soja (-6,5%). Le baril de Brent (-6% à 106$) et l'or (-3,3% à 1283$) reculaient pour leur part dans de plus faibles proportions.

Conclusion

Nous évoquions depuis quelques temps la capacité de l'indice S&P 500 de rallier son niveau psychologique des 2000 points durant le courant de l'été. Celui-ci a été approché à moins de 0,5% avant de commencer à consolider.

Quant aux indices européens, ils ont clairement reculé depuis leurs plus hauts annuels, confirmant ainsi que la tendance n'est plus haussière. Techniquement, la phase de consolidation qui s'est engagée ces dernières semaines peut donc de se poursuivre en août. Pourtant, les différents indicateurs macro-économiques restent globalement positifs et devraient donc contenir les prises de bénéfices.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.