Le CAC finit en hausse grâce à Wall Street

La Bourse de Paris a progressé jeudi malgré les propos de Janet Yellen la veille et le regain de tension en Ukraine.

L'indice CAC 40 a gagné 0,46 % à 4 327,91 points, dans un volume d'échanges de 3,9 milliards d'euros, le DAX 0,21 % à 9 296,12 points alors que le Footsie reculait de 0,47 % à 6 542,44 points.

Après avoir ouvert en baisse et passé une bonne partie de la journée en zone négative, le CAC est parvenu à finir en progression bien aidé par de bons indicateurs américains et par la bonne tenue de Wall Street.

Le marché parisien a comme son homologue américain la veille, nettement accusé le coup après les propos de Janet Yellen. La nouvelle patronne de la FED a contre toute attente indiqué que le taux directeur de la FED pourrait être relevé dès 2015 et a mis fin au « forward guidance » qui liait jusqu’à là, toute hausse des taux directeurs de la banque centrale américaine à un taux de chômage de 6,5 %. De fait, la politique monétaire accommodante de la FED pourrait prendre fin plus rapidement que prévu et cela dès cet automne et la hausse des taux intervenir, à la fin du printemps 2015. Toutefois, Janet Yellen a précisé que la Reserve fédérale continuerait de soutenir l’économie américaine si cela était nécessaire en maintenant une politique de taux bas.

Dans la journée, la tension est remontée d’un cran en Ukraine alors que des troupes pro-russes s’emparaient de deux navires de la marine ukrainienne. Dans la foulée, la Russie s’est dite prête à une intervention «d'envergure» à l'est et au sud de l’Ukraine. De son côté, Kiev a affirmé que l'Ukraine répondra par les armes à toute tentative russe d'«annexer» les régions de l'est pro-russe du pays. Enfin, Martin Schulz, le président allemand du Parlement européen, lors de la réunion des dirigeants de l’UE à Bruxelles, a mis en garde contre une nouvelle guerre en Europe, affirmant que la crise en Crimée représentait une grande menace pour le système de sécurité européen en place depuis la fin de la Guerre froide.

Finalement, l’éclaircie est venu de l’autre côté de l’Atlantique où Wall Street, après une ouverture en léger repli, s’est affiché à la hausse, soutenu par l’annonce d 'une progression bien plus importante que prévu de l'indice de la Fed de Philadelphie en mars. Cet indice qui mesure l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie a bondi à 9,0 en mars contre un consensus de 3,8. Par ailleurs, le département du Travail a annoncé des inscriptions hebdomadaires au chômage moins élevées qu’attendu et, les reventes de logements ont légèrement décliné en février, comme attendu.

Pour nombre d’analystes, l’amélioration de l’économie américaine même modérée ont permis aux investisseurs d’absorber plus facilement les déclarations de Janet Yellen mercredi.

Le Dow Jones a gagné 0,67% à 16 331,05 points, le S&P 500 0,60% à 1 872,01 point et le Nasdaq Composite, 0,27% à 4 319,29 points.

Parmi les valeurs françaises, Crédit Agricole a perdu 0,73% à 11,6 euros après un début de séance en hausse. La banque prévoit un bénéfice net supérieur à 4 milliards d'euros en 2016, soit une hausse de 60% par rapport à son niveau de 2013. BNP Paribas a progressé de 0,41% à 56,88 euros et Société Générale, de 0,86% à 45,28 euros.

L'action Technip s’est adjugé 1,84% à 72,47 euros après un relèvement de recommandation par Exane-BNP Paribas à « surperformance ».

Zodiac Aerospace s’est envolé de 5,39% à 26,01 euros. Le groupe a confirmé sa prévision de croissance sur son exercice décalé après un bond de 10,57% de ses ventes au deuxième trimestre.

Hermès a reculé de 0,25% à 236,9 euros malgré avoir annoncé de nouveaux records de bénéfices et de marge pour l'exercice 2013.

Ipsen a abandonné 6,39% à 29,96 euros après la cession de la société holding luxembourgeoise Mayroy, actionnaire majoritaire, de 7% du capital du groupe pharmaceutique.

Gameloft a perdu 1,03% à 7,75 euros suite à la publication d’un bénéfice net en recul de 19% en 2013.

Aubay a pris 4,52% à 10,4 euros après l’annonce d’ un résultat net 2013 en croissance de 35,2% et des prévisions en croissance pour 2014.

Enfin, Virbac s’est replié de 3,95% à 170 euros en raison d'un bénéfice net en baisse de 9,2% en 2013.

L’Euro a poursuivi son repli, à 1,3780 Dollar. L’or est resté quasi stable à 1 327,68 dollars l’once et le WTI, échéance mai 2014, a reculé à 98,64 dollars le baril après une journée volatile.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.