Le CAC reprend des couleurs

La Bourse de Paris a clôturé en baisse vendredi, sur de nouvelles inquiétudes concernant la crise ukrainienne et malgré les chiffres plutôt encourageants de l’emploi aux Etats-Unis.

L'indice CAC 40 a reculé de 1,15 % à 4 366,42 points, dans un volume d'échanges de 3,9 milliards d'euros. Le DAX a perdu 2,01 % à 9 350,75 points et le FTSE 1,12 % à 6 712,67 points.

La bourse de Paris a évolué en baisse tout au long de la séance à l’exception d’une tentative de passage en zone positive en début d’après-midi, pour finalement accentuer son repli avec la tendance mitigée de Wall Street.

La tension est remontée d’un cran en Ukraine vendredi avec l’annonce faite par le parlement local de Crimée sur l’organisation d’un référendum le 16 mars en vue d’un rattachement de la péninsule à la Russie et la réplique des occidentaux par John Kerry et Angela Merkel notamment, qui ont affirmé que l’Ukraine restait « une et indivisible ». Les occidentaux ont enfoncé le clou avec les premières sanctions à l’encontre de responsables russes et ukrainiens en autorisant le gel de certains avoirs et en établissant des restrictions sur la délivrance de visas. Plus tard, dans la journée, la menace du géant public russe Gazprom d'interrompre ses exportations de gaz à l'Ukraine, en raison d'impayés de 1,89 milliard de dollars, assombrissait définitivement le moral des investisseurs européens.

Dans l’après-midi, outre-Atlantique, la hausse surprise des créations d'emploi aux États-Unis en février ne parvenait pas à redonner le sourire aux marchés. Si l’économie américaine a créée 175 000 emplois contre 163 000 attendu par le consensus, contredisant au passage ceux qui estimaient que l’hiver rigoureux sur la côte Est des Etats-Unis allait peser fortement sur la conjoncture, le taux de chômage s’est toutefois inscrit en très légère hausse à 6,7 %.

Dans ce contexte incertain, Wall Street a terminé vendredi sur une note mitigée. Le Dow Jones a progressé de 0,19 % à 16 452,72 points, le S&P 500 de 0,05 % à 1 878,04 points alors que le Nasdaq se repliait de 0,37 % à 4 336,22 points.

Du côté des valeurs françaises, Air France-KLM a pris 4,44% à 10,40 euros après l’annonce de l’augmentation de son trafic passager de 2,9% en février grâce à son réseau long-courrier.

Airbus a perdu 3,12% à 51,31 euros. Le groupe aéronautique européen a annoncé vendredi avoir enregistré 80 commandes nettes et 83 livraisons pour les deux premiers mois de l'année, une performance inférieure à celle de son rival Boeing.

Total a reculé de 1,95% à 46,14 euros. Le géant pétrolier devrait vendre sa filiale TotalGaz dédiée à la commercialisation de GPL pour environ 750 millions d'euros.

Ciments Français a bondi de 12,18% à 77,75 euros après l'annonce de l'italien Italcementi de son offre d'achat simplifiée sur les parts qu'il ne détient pas encore pour 78 euros par titre.

Bongrain s’est replié de 2,71% à 63,10 euros. Le fabricant de spécialités fromagères a vu son bénéfice net reculer de 23,1% à 48,9 millions d'euros l'an dernier notamment à cause de la hausse du prix du lait.

Imerys a perdu 3,92% à 64,76 euros après que Minerals Technologies eut une nouvelle fois relevé son offre de rachat de son rival Amcol International afin de contrer la proposition du français.

Mersen a pris 3,63% à 24,86 euros  profitant du relèvement de sa recommandation par Société Générale, à « acheter » contre « neutre » auparavant

Enfin, Ubisoft s’est envolé de 4,60% à 12,96 euros, après l'annonce de la date de sortie de son jeu vidéo phare "Watch Dogs", le 27 mai.

L’Euro a légèrement progressé après une journée volatile à 1,3872 Dollar. Le cours de l'or a reculé à 1 340,10 dollars l’once alors que le WTI, échéance avril 20104, a terminé en hausse à 102,23 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.