Le CAC fait le pont pour Thanksgiving

La Bourse de Paris évoluait pratiquement inchangé vendredi matin dans une séance qui devrait rester de nouveau calme en l’absence de nombreux intervenants notamment outre-Atlantique.

A mi-séance, l'indice CAC 40 grignotait 0,03 % à 4 303,74 points, le DAX 0,05 % à 9 391,89 points alors que le Footsie, plus entreprenant s’adjugeait 0,29 % à 6 674,05 points.

En raison du « Day After Thanksgiving » ce jour, où Wall Street ne rouvrira que pour une demi-séance, les volumes devraient ainsi rester faibles en attendant  la semaine prochaine qui devrait être plus mouvementée, en raison notamment de la publication du très important rapport officiel mensuel sur l'emploi et le chômage aux États-Unis prévue le 6 décembre.

La publication des chiffres liée à cette indicateur seront d'autant plus suivi car la FED a fait de la baisse du taux de chômage l’alpha et l’oméga de sa politique monétaire. En cas d’une baisse sensible du taux de chômage, certains observateurs n’hésitent plus à affirmer que la banque centrale américaine pourrait être amener à diminuer ses rachats d’actifs qui ont été très favorables aux marchés depuis quelques mois. 

De fait, les marchés européens peinaient à trouver une direction vendredi bien que les nouvelles économiques pour la zone euro publiées ce matin aient été plutôt encourageantes. 

Le taux de chômage s’est replié en octobre pour la première fois depuis février 2011, s'établissant à 12,1% de la population active, selon des données publiées vendredi par Eurostat, l'agence de statistiques de l'Union européenne.

L'inflation est légèrement repartie à la hausse en novembre, à 0,9%. Les chiffres de l'inflation sont particulièrement suivis par les investisseurs car le ralentissement observé en octobre avait fait naître des craintes de déflation dans l’union monétaire européenne et poussé la BCE à baisser son taux directeur à 0,25%, à un plus bas historique. Selon les données publiées vendredi par Eurostat, le risque de déflation semble pour le moment écarté.

Enfin, sur un plan franco-français, les données publiées entre hier soir et ce matin n’auront pas eu d’influence sur la cote parisienne. Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité (catégorie A) a diminué de 0,6 % au mois d'octobre en France, soit de 20 500 personnes. Le nombre de chômeurs tombe ainsi à 3 275 200, son plus bas niveau depuis le mois de mai, selon les données publiées jeudi soir par le ministère du Travail. 

Et, la consommation des ménages français a reculé de 0,2% en octobre avec les dépenses en énergie, en repli pour le troisième mois consécutif selon l'Insee fragilisant un peu plus les anticipations d'un net rebond de l'activité au quatrième trimestre.

Parmi les valeurs françaises, Crédit Agricole bénéficiait d’une analyse favorable d’UBS pour s’inscrire en hausse de 3,96 % à 9,298 euros. La banque suisse a ajouté Crédit Agricole à sa liste de valeurs préférées, où "key call list" affirmant que cette dernière figurait parmi celles qui avaient fait le plus d’efforts pour s’adapter à la nouvelle conjoncture d’après crise. Par ailleurs, le Crédit Agricole va supprimer une cinquantaine d'agences en Ile-de-France d'ici 2015, sans suppression de postes, a indiqué une source syndicale, confirmant une information des Echos dans son édition du 28 novembre.

Societe Generale s’adjugeait 0,82% à 42,605 euros alors que la banque helvétique a relevé sa recommandation de « vendre » à « neutre ».

De même, BNP Paribas profitait d’un changement de recommandation de « neutre » à « acheter », toujours par la banque suisse UBS pour progresser de 0,72 % à 55,60 euros.

Cegedim s’envolait de 4,20 % à 20,84 euros après la confirmation de ses objectifs pour l'année 2013 et la réduction de sa perte nette sur les neuf premiers mois de l'année.

Bolloré prenait 0,38 % à 399,25 euros. Sa filiale africaine Bolloré Africa Logistics a remporté  un contrat pour l'exploitation du terminal du port de Dakar, au Sénégal.

Vinci reculait légèrement de 0,14 % à 47,50 euros. Le groupe a ouvert vendredi le premier tour de piste de la vente de son portefeuille des concessions de parkings de sa filiale Vinci Park, indiquent Les Echos.

Enfin, Laurent Perrier se repliait de 1,38 % à 69,82 euros malgré avoir dégagé au premier semestre de son exercice décalé un bénéfice net en hausse de près de 20%.

L’Euro restait quasi stable à 1,3611 Dollar. L’or progressait légèrement à 1 247,89 dollars l’once et le Brent, échéance janvier 2014, valait 110,94 dollars le baril.

 

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.